Les fiancés et les fées, un conte traditionnel proposé par www.cancoillottefolk.com et illustré par Nathalie Novi

 

n jeune valet de ferme et son amoureuse se promenaient un soir dans un endroit retiré de la montagne, quand ils furent surpris de voir devant eux deux fées qui dessinaient un cercle.
Une fois l’espace délimité, une grande compagnie de fées apparut, suivie de musiciens, et commença une ronde dans le cercle.
Leurs gestes et leur musique étaient si fascinants que le jeune homme, lui-même danseur de grand talent, comme attiré par une puissance irrésistible, alla se mêler aux danseuses et se joindre à leurs gambades.

La fiancée regarda avec un certain plaisir la scène pendant quelques heures, supposant à tout moment que son ami s’arrêterait de danser pour la rejoindre. Mais non…, la danse continua jusqu’à l’aube avec son amant au milieu du cercle, quand soudain la musique s’arrêta.
La bande de fées s’évanouit de même que son fiancé.
En grand désarroi, la jeune fille appela son ami… en vain… il ne revint pas.

Le soleil était maintenant haut dans le ciel et, le cœur brisé, elle s’en retourna à la maison,  où elle raconta à ses proches les événements de la nuit.

On lui conseilla de consulter un homme adepte de la magie noire, ce qu’elle fit.
Le magicien lui suggéra de retourner au même endroit et à la même heure un an et un jour après la mystérieuse disparition de son fiancé. Ainsi, lui promit-il, elle reverrait son ami.
Le magicien lui expliqua comment elle devrait  procéder. Il lui interdit formellement de rentrer elle-même dans le cercle, mais il lui dit d’avoir le courage de tirer son fiancé par le bras quand il passerait près d’elle en dansant, et de l’entrainer hors du cercle enchanté.

Les douze mois et un jour s’écoulèrent bien tristement.

Un peu avant le moment fatidique, la jeune fille se rendit à l’endroit où elle avait perdu son amant.
Enfin, à l’instant précis où elles étaient apparues l’année précédente, les fées furent fidèles au rendez-vous, et tout ce que la demoiselle avait prévu se réalisa.
Son fiancé dansait avec entrain au beau milieu des fées. La jeune fille se mit à courir autour du cercle après son cher ami, en prenant bien garde de ne pas franchir la ligne enchantée…

Enfin elle parvint à l’attraper par le bras et tenta de le convaincre de quitter cette maudite ronde en venant avec elle.
« Oh, dit-il, laisse-moi encore un peu de temps, et je repartirai avec toi !
– Ca fait bien assez de temps que tu danses !
– C’est si agréable ! Laisse-moi seulement encore quelques instants ! »
Elle se rendait bien compte qu’il était sous l’influence d’un sortilège. Alors elle agrippa le jeune homme par le bras de toutes ses forces, le poursuivit autour du cercle et, au prix d’un effort surhumain,  réussit à la jeter hors du cercle.

Le jeune valet de ferme fut courroucé par cette attitude mais lorsqu’il appris qu’il avait, sous le charme, dansé un an et un jour avec les fées, il ne put en croire ses oreilles !

Il rentra au village au bras de sa fiancée, restant persuadé que la ronde n’avait duré qu’un court instant.

 

Extrait de
Contes populaires des pays celtiques
choisis et présentés par Gérard Lomenec’h
Editions Coop Breizh

Retour au sommaire