histoire-de-la-danse-titre

Episode 4

Le revivalisme et les groupes folkloriques

 

On a parlé de revival (ou revivalisme) pour le mouvement folk.
Le revivalisme, c’est la récupération des danses traditionnelles par d’autres catégories sociales que celles qui les ont élaborées.

Ainsi, le premier revival remonte à la création des groupes folkloriques, à la fin du XIXe siècle. C’est précisément le moment où les historiens situent la fin définitive de l’ancienne civilisation paysanne.

Pour préciser le terme « folklore », voici la définition donnée par Arnold Van Gennep (1873-1957), ethnologue et folkloriste français, considéré comme le fondateur en France du folklore en tant que discipline scientifique :

« Le mot folklore a été emprunté à l’anglais folk, peuple, et lore, connaissance, étude. C’est donc la science qui a pour objet d’étudier le peuple.
W.-J. Thoms fabriqua ce mot de toutes pièces en 1846 pour remplacer une autre expression trop incommode, celle de Popular antiquities, titre d’un livre célèbre de Brandt où étaient décrites les croyances et les coutumes de populations rurales anglaises. On ne pouvait avec cette expression malencontreuse ni délimiter le domaine même de la science qu’elle désignait, ni former un adjectif commode.
Au lieu que folklore donne normalement folklorique, folkloriste, tout comme son équivalent allemand Volkskunde donne l’adjectif volkskündlich et se rapporte à une recherche qui n’est pas seulement historique, mais aussi directe. »

Avec les groupes folkloriques, les danses, qui étaient pratiquées sur le terrain, à la ferme, au village, qui étaient la culture et l’expression même de la société paysanne, deviennent objets de spectacle.
L’apparition des groupes folkloriques n’est pas du tout un sursaut vital des cultures paysannes. Il en est en vérité une « célébration posthume ». C’est un peu le faire-part de décès d’une tradition populaire.
L’ambition des groupes folkloriques, c’était de remettre à l’honneur un patrimoine menacé.
Les danses sont dans ce nouveau cadre interprétées par des danseurs non traditionnels, qui en ont une image plus ou moins exacte et surtout qui les adaptent pour les rendre regardables.
Bref, la fonction de la danse a alors radicalement changé.

Dans l’entre-deux guerres, les groupes folkloriques vont connaître un essor formidable.

moutonniere

 

 

 

 

 

Retour au sommaire