La mazurka est une danse de couple. Elle est originaire de Pologne, d'allure aristocratique et chevaleresque, connue dès le XVIe siècle dans la province de Mazurie, et toujours pratiquée en Europe centrale.

L'hymne national polonais, dit Mazurka de Dabrowski, fut composé par Michael Cléophas Oginski (1765-1833).

Transcendée par la musique savante, elle connut une grande vogue dans les salons européens au XIXème et passa rapidement dans le répertoire populaire et des danses de société.

La mazurka est une danse à rythme ternaire (3/4), de tempo modéré nettement plus lent que celui de la valse viennoise par exemple.

Comme beaucoup de danses de salon, la mazurka a aussi été reprise dans les danses folk. Selon les régions, les pas et le tempo diffèrent.

Autrefois, les airs étaient assez uniformes, mais les musiciens folk varient le répertoire et elle est devenue une danse assez fluide permettant de nombreuses variantes (bercement, suspension, tourné, etc.)

La mazurka se réalise généralement sur 12 temps (deux fois six temps - deux fois un pas de mazurka et trois petits pas). Elle se danse en couple, en position dite de danse moderne.

 

_____________________________________________________________________________________________________________________

 

La mazurka dite de Samatan

C’est la forme que l’on voit  le plus fréquemment dans nos bals folk.
Elle se danse sur 4 mesures à 3 temps. Les danseurs doivent suivre le tempo des musiciens.
Sur le temps 1, le garçon part du PG et la fille du PD, ils font un pas de côté.
Pour chaque G (gauche) ou D (droit) sans commentaire, cela signifie que les danseurs reportent le poids du corps sur ce pied, en faisant un petit pas.
À la fin de la figure, les danseurs recommencent au début.
Description (pour le cavalier ; la dame inverse les appuis) :

mesure 1 (1-2-3) : 2 pas (G - D), lever pied G

mesure 2 (1-2-3) : 3 pas (G - D - G) en effectuant 1/4 de tour dans le sens anti-horaire

mesure 3 (1-2-3) : 2 pas (D - G), lever pied D

mesure 4 (1-2-3) : 3 pas (D - G - D) en effectuant 1/2 tour dans le sens horaire sur les mesures 3 et 4.

Cette description de base s'applique généralement à toutes les mazurkas, du moins en ce qui concerne les appuis.
Les variantes locales et régionales consistent surtout dans la position du couple et dans le sens et l'amplitude des tours.

Néanmoins, les pratiques revivalistes tendent à laisser aux danseurs une plus grande marge d'improvisation. On retrouve des lâchers et des pastourelles, comme en valse de style dit "américain". Ces figures sont placées par commodité sur les deuxièmes et quatrièmes mesures. Aussi, en fonction de la musique, les danseurs peuvent changer les appuis et leurs accentuations.''

 

La mazurka a été mise en poème par Emile NELLIGAN (1879-1941)

Mazurka

Rien ne captive autant que ce particulier
Charme de la musique où ma langueur s'adore,
Quand je poursuis, aux soirs, le reflet que mordore
Maint lustre au tapis vert du salon familier.

Que j'aime entendre alors, plein de deuil singulier,
Monter du piano, comme d'une mandore
Le rythme somnolent où ma névrose odore
Son spasme funéraire et cherche à s'oublier !

Gouffre intellectuel, ouvre-toi, large et sombre,
Malgré que toute joie en ta tristesse sombre,
J'y peux trouver encor comme un reste d'oubli,

Si mon âme se perd dans les gammes étranges
De ce motif en deuil que Chopin a poli
Sur un rythme inquiet appris des noirs Archanges.

 

_____________________________________________________________________________________________________________________

 

Voici une illustration vivante, filmée en atelier à la MJC de Lons le Saunier.
Musique maison sur un air de Norbert Pignol.

 

Les danseurs apparaissant sur cette vidéo ne sont pas des pros.
Ce sont les danseurs des ateliers de Lons qui acceptent gentiment de jouer le jeu.
Merci à eux!

danse folk mazurka