o-carolan-titre

 

Turlough O’Carolan (anglicisation de son nom irlandais : Toirdhealbhach Ó Cearbhalláin) est un des derniers harpistes professionnels et compositeur d’Irlande, né en 1675 près de Nobber et mort le 25 mars 1740 dans la maison de sa mécène Mrs MacDermott Roe à Alderford.

O’Carolan ne fut pas célèbre pour son habileté à la harpe, qu’il apprit à 18 ans, mais pour ses nombreuses compositions musicales et poétiques. Favorisées par la renaissance de la harpe celtique dans les années 1970, ces mélodies sont encore jouées aujourd’hui.

Employé à 14 ans dans la famille McDermott Roe et montrant déjà des talents de poète, le jeune homme fut pris en charge par Mme McDermott qui lui donna une éducation.
À 18 ans, il contract la variole, qui lui fit perdre la vue. Malgré son handicap, il entama une carrière de harpiste itinérant.
O’Carolan se maria avec Mary Maguire et s’établit dans une ferme près de Mohill. Ils eurent 6 filles et un garçon.
O’Carolan exerça son métier de harpiste itinérant pendant 50 ans jusqu’en 1738 où il revint mourir dans la maison de ses premiers maîtres. Eu égard à la popularité du mort, la veillée funèbre dura 4 jours.

On sait peu de chose sur les enfants de Turlough O’Carolan. Après sa mort, son fils publia ses œuvres à Dublin en 1747 puis s’établit à Londres comme professeur de harpe.
O’Carolan était un homme réputé joyeux et sociable, aimant les blagues et le backgammon. Comme beaucoup de harpistes, il aimait boire et était colérique.
Musicien et poète, O’Carolan avait coutume d’écrire la musique avant le texte, en opposition avec la pratique habituelle de l’époque en Irlande.
Il combinait à merveille les deux grands courants musicaux de son époque, la musique classique et la musique populaire, se laissant influencer par les uns et les autres. Il intégra dans ses compositions des éléments de musique baroque inspirés de Vivaldi et de Corelli. On sait qu’il fut un grand admirateur de Geminiani qu’il rencontra presque certainement à Dublin lors de l’un des séjours du compositeur italien, en 1734 et en 1737.

Une seule copie de sa musique nous est restée, sous forme d’un recueil d’airs ne comportant que la ligne mélodique. On ne sait donc pas de quelle manière il accompagnait ou harmonisait ses compositions. Il écrivit de nombreux airs en hommage à ses hôtes et mécènes, qu’il nommait « planxty ». Le nom du groupe irlandais Planxty (présenté à la discographie) est, on l’aura compris, une référence à ce terme.
Il a composé au moins 220 airs, dont beaucoup sont encore joués aujourd’hui. Son œuvre constitue donc la collection la plus complète de musique issue des plus anciennes traditions harpistes.

Vous trouverez à la discographie un CD « The Carolan Album », avec 3 extraits à écouter.